Gérer la croissance des données scientifiques

« Les données sont le moteur du secteur du numérique. » L’omniprésence de la technologie dans le monde et la promesse du Big Data ont fait couler beaucoup d’encre. Nous avons tous entendu ce mantra.

Toutes spéculations mises à part, la croissance du volume des données est un fait qui ne peut être ignoré. Le cabinet d’analyse IDC estime que le volume des données dans le monde atteindra 163 billions de gigaoctets d’ici 20251. Tous les secteurs d’activité — transports, fabrication, soins de santé, produits de grande consommation, services financiers, recherche et développement, pour n’en citer que quelques-uns — cherchent de nouveaux moyens pour contrôler et exploiter le volume croissant des données.

Les scientifiques savent bien que les données alimentent la connaissance, les découvertes et l’innovation. L’Institute of Cancer Research (ICR), par exemple, affirme que les analyses du Big Data jouent un rôle important dans la découverte de médicaments anticancéreux. Les scientifiques analysent d’énormes volumes de données — issus de prélèvements de patients, du séquençage génomique, d’images médicales, de résultats obtenus en laboratoire, de données expérimentales, de données pharmacologiques et de bien d’autres sources — pour les aider dans leurs efforts.

Selon le docteur Bissan Al-Lazikani, responsable Science des données chez ICR, des données plus abondantes sont un atout : « Recueillir plus les données, profiler davantage de patients et disposer d’algorithmes plus intelligents améliore notre capacité à découvrir des médicaments contre le cancer. »

Lien source: https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/gerer-la-croissance-des-donnees-200431

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *